Josh Winiberg :: game over



curieux méandres, croisant dans un semi-rêve cinématographique, Barbarella et ses improbables rayons laser ricochant sur la transparence plastique, une étonnante gravité mélodique (cave) entichée de fréquences en écho, aride post-glaciation d'une mémoire de dancefloor et si d'aventure, le jeu venait à s'achever, vous n'aurez assurément pas à regretter de ne pas avoir oublier, vos jambes.

:: kreislauf
:: discogs
:: Josh Winiberg

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Genial post and this mail helped me alot in my college assignement. Gratefulness you seeking your information.